10 février 2009

Poirier et Horace

Spirou avait Lucky Luke et Pif Gadget avait… Teddy Ted ?! oui… mais je pense plutôt à Horace le cheval de l'Ouest avec son "cow-boy with no name" de Jean-Claude POIRIER. Qui après avoir débuté en illustrant les aventures d’Achille Zavatta dans Le journal de Bibi Fricotin et Maximax dans Paul et Mic et Cactus Papa (texte de Jacques Lob), rejoint Pif Gadget en 1970 où il dessinera le fameux cheval de 1970 à 1978. En 1975 il créera Supermatou.
Mais nous allons plutôt regarder les couvertures qu'il a réalisé pour les Gadgets, en mettant en Scène Horace et "Gros Nez-Pâle" :




Horace rencontre son cow-boy (première parution)
(Pif n° 71, juin 1970)


Horace et son cow-boy rencontrent Poirier
(Pif n° 129, août 1971)


Horace et son cow-boy rencontrent Teddy Ted et Loup-Noir
(Pif n° 153, janvier 1972)


(Pif n° 152, janvier 1972)

Dis-moi Horace…
(Pif n° 153, janvier 1972)


(Pif n° 155, février 1972)


(Pif n° 169, mai 1972)


Une BD réalisée spécialement pour le Gadget Glup






(Pif n° 206, février 1973)






(Pif n° 209, février 1973)


(Pif n° 213, mars 1973)


Annonce pour le gadget de la semaine suivante
(Pif n° 216, avril 1973)


(Pif n° 217, avril 1973)




Couverture à découper pour Le grand livre de la magie
(Pif n° 217, avril 1973)


(Pif n° 223, mai 1973)


illustration du Panier basket ball


(Pif n° 228, juillet 1973)


cibles à découper pour le Sarbacolt


(Pif n° 235, août 1973)


(Pif n° 236, septembre 1973)



Ses (rares) bouquins

Jean-Claude POIRIER sur le "Ouèb" , sur Wiki et ses Pubs Malabar

17 commentaires:

  1. Le pistolet à tête d'indien, je l'ai eu.
    Il a vraiment un dessin à part. J'ai toujours bien aimé ses histoires complètement foldingues.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai (même si perso j'avais du mal avec sa façon de dessiner les "pieds" :-). Mais on regrette encore cette erreur de Pif, de ne pas avoir développé une vraie politique de publication d'albums.
    À ce jour, il n'existe qu'un seul livre de Horace : Pas de pitié pour les cow-boys

    J'imagine assez introuvable…

    RépondreSupprimer
  3. Bravo,merci pour ce "papier" sur ce génie de Poirier.A mes yeux il est le pont extraordinaire avec Macherot,Paul Deliège d'un propos intelligent,fin,cultivé,trés trés drole avec cette folie douce qui tend vers des auteurs comme Goossens,Edika...Enfant,je suis convaincu que cet Horace m'a permis de gouter à cet humour là.
    (julien)

    RépondreSupprimer
  4. Julien :
    …Rien à rajouter, c'est vrai et bien dit ;-)
    et Merci à toi.

    RépondreSupprimer
  5. Une de mes séries préférées à l'époque dans Pif, possiblement à l'origine de ma déviation vers Spirou (Salvérius...) même si le non-sense me ferait maintenant plus penser à Mattioli ou Jacovitti (Zorry Kid)...
    Quelqu'un aurait un Malabar ?

    RépondreSupprimer
  6. Ouais ! j'ai des "Malabar" ici :-)

    RépondreSupprimer
  7. Un de mes grands plaisirs d'enfant! Je crois que c'est le premier dessinateur dont j'ai été inconditionnel. Je me souviens que je recopiais ces dessins et que j'adorais Supermatou. Quel dommage qu'il y ait si peu d'albums. Je me suis souvent dit que s'il avait eu du temps, il serait devenu un auteur important. Quand on pense à tout ce qu'on a raté...

    RépondreSupprimer
  8. J'adorais Supermatou!
    Quelqu'un aurait-il souvenir d'un dessinateur qui signait Grin (je crois) dans Pif? Il faisait de petites illus. C'est ce Grin qui m'a donné envie de devenir "dessinateur humoristique".

    RépondreSupprimer
  9. Laurent :
    Tu veux dire Gring (avec un g), si c'est celui dont tu parles, il dessinait dans le "journal des jeux" c'était un dessinateur incontournable de Pif, pour être certain que nous parlons du même, voici un lien pour vérifier :

    http://193.251.82.94/pif-collection/gring.html

    Laisse aussi un lien vers tes "dessins humoristiques", si l'envie s'est réalisée ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me revoilà 6 ans plus tard. Oui c'est Gring, c'est bien lui. Je ne me souvenais pas qu'il dessinait dans le "journal des jeux", mais c'est marrant parce que mon envie de devenir "dessinateur humoristique" s'est bien réalisée et des pages de jeux j'en ai dessiné et scénarisé pour d'autres un bon paquet chez Fleurus, Bayard et dans Spirou.

      Un lien vers mon site
      http://colonnier.org

      Supprimer
  10. Bravo et merci pour ce sujet et ces magnifiques documents sur le grand Poirier pour qui j'ai beaucoup d'admiration. J'étais fan moi aussi de Supermatou !

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour camarade dessinateur !
    Merci pour ce florilège de nostalgiques dessins de gadgets, on ne trouve pas grand chose sur J.C Poirier. J'essaie de me procurer les petits formats" Hit Parade Comique" avec Supermatou et de reconstituer un petit peu la chronologie des aventures de ce personnage à travers les "Pif Gadget"... Du coup, je relis en ce moment ces histoires et au-delà de la joie de retrouver ses souvenirs de jeune lecteur, je trouve que ça n'a pas pris trop de rides. Ce petit personnage de Supermatou était très moderne, ( même si le schéma familial et l'ambiance provinciale sont un peu désuets, c'est sans doute ce qui fait aussi le charme de la série aujourd'hui. )
    La génération qui a connu PiF Gadget des années 70 a eu de la chance d'avoir une madeleine si évocatrice de souvenirs.

    RépondreSupprimer
  12. @ Nath : (pardon pour le retard de la réponse)
    Merci pour ce "bravo", que ma modestie m'empêche d'apprécier pleinement ;-)
    Il semble indéniable que Le Supermatou de Poirier ait marqué (malgré sa trop courte carrière) une génération entière de lecteurs et lectrices de Pif Gadget, dont nous faisons partie. pour le meilleur et pour…
    :-)

    RépondreSupprimer
  13. @ Wens :
    Camarade dessinateur, bonjour! ;-)
    Merci de prendre la peine d'honorer ce modeste blog, en signalant ton passage par le biais de ce commentaire.
    Il semble évident que Poirier mériterait d'avoir les honneurs d' une intégrale (Horace et Supermatou). Qui intéresserait autant la génération Y, que nous.
    Mais seuls les lecteurs de Pif Gadget (que nous sommes) pourront transmettre ce savoir oublié à notre descendance, car nous avons conservé ces précieux ouvrages, du moins en partie.
    Ce charme désuet que tu évoques, et qui est définitivement perdu. Nous obligerait presque à nous entendre dire: "C'était l'bon temps".
    Peut-être sommes-nous obligés de dire ça depuis quelques générations, suite au concept de cette "indéniable" (et contestable) évolution "linéaire et ascendante".
    Mais je laisse ces réflexions a Mister Popo.
    A ce propos reste-t-il des badges, pour des personnes qui veulent soutenir de façon militante la popologie?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pat Rik : comme il faut que je fasse attention à ne pas passer mes journées à me promener sur les blogs intéressants, je n'avais pas vu ta réponse, ( il doit y avoir un truc à cocher quelque part que je n'avais pas fait !). Cette fois, c'est en lisant ton article sur Carali que je me suis souvenu avoir laissé un message ici.
      Je te remercie pour les liens vers Mr Popo, je ne suis pas trop bien organisé pour ma part, je pensais avoir créé un lien vers ton blog depuis longtemps ! Je viens de m'apercevoir que non. Je vais le faire de ce "clic" !
      En ce qui concerne les badges, il n'en reste presque plus, mais je t'en enverrais volontiers, si tu me laisses une adresse postale dans un commentaire, ( je modère les commentaires et ton adresse n'apparaîtra donc pas )

      Supprimer
  14. Sacrée madeleine !
    Je crois que je vais essayer de faire lire Pif et Horace à mes enfants...


    RépondreSupprimer
  15. @ Le Vélographe :
    …C'est sans contre-indication, et il est toujours bon, et même recommandé, de connaître ses classiques ;-)

    RépondreSupprimer

Vous allez écrire un commentaire ? C'est gentil, mais ne vous sentez pas obligé, et surtout ne vous vexez pas si je ne réponds pas.