02 février 2010

Balthazar par Bob de Moor


Bob de Moor, le dessinateur "caméléon" qui toute sa vie a travaillé pour et dans l'ombre de Hergé, et qui aurait mérité si nous vivions dans un monde juste, une plus grande reconnaissance de ses pairs et du public. Public qui peut tout de même admirer sa virtuosité en lisant L'île Noire par exemple (la version de 1966 qu'il a redessiné). Tintin ne serait pas ce qu'il est devenu sans Bob de Moor, ni sans Jacques Martin (R.I.P), E.P Jacobs et… le mystérieux Jacques Van Melkebeke.
Mais bon, ne glosons pas diront certains, donc en plus d'être un assistant dévoué, il fut tout de même un auteur prolifique (Barelli, Cori le moussaillon, Monsieur Tric… ) en abordant aisément tous les styles graphiques.
Mais celui qui nous intéresse aujourd'hui, c'est le style humoristique (comme il se doit ici), avec Balthazar, ce petit bonhomme qui vivait dans les pages du journal tintin (1966/67) des planches gags, le plus souvent muettes et à l' humour nonsensique.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Bob de Moor : un article sur Larousse.fr et le blog Bob de Moor.

Allez à la prochaine,
peut-être…

8 commentaires:

  1. Ah oui, sacré Bob ! il parait que dès l'âge de 1 and 1/2, il parvenait à prononcer son prénom à l'endroit ET à l'envers ! Un véritable surdoué... ;-)
    Trève de plaisanterie, c'est vrai qu'on parle peu de lui. Mais je crois aussi que son tempérament n'était sans doute pas celle d'un acteur de premier plan; Quand on lit Barelli, on y prend beaucoup de plaisir, car c'est léger et bien fait et si on cherche un pilier de la ligne claire, inutile de chercher ailleurs !! Tu parles : il a carrément inventé le concept aux côté du père Georges Rémi !
    Mais il faut reconnaître aussi que ses histoires sympas manquent vraiment de densité et d'ambition. Cela dit, "Cori Moussaillon", c'était quand même très très bien, surtout parce qu'on y sent l'amour du gars pour la mer et les histoires de pirates, etc...
    Bref, un "homme de l'ombre" comme certains d'entre nous aiment en rencontrer... pour qu'ils leur racontent les belles histoires de la BD de papa ! ;-))

    RépondreSupprimer
  2. Elles sont jolies ces planches et font plus "Spirou" que "Tintin" d'ailleurs.
    Comme l'a dit Mandrake, il a eu sa chance et on ne peut pas dire que c'était hyper concluant...

    RépondreSupprimer
  3. Voilà un autre aspect de l'art de Bob De Moor que j'aimais bien retrouver dans le journal Tintin.

    Les mésaventures sans paroles de ce vieux monsieur moustachu a du "déconcerter" certains lecteurs de "l'hebdomadaire des jeunes de 7 à 77 ans", habitués davantage à un trait plus conforme à la sacro-sainte ligne claire, et, je suis heureux de ne pas avoir fait partie du nombre !!!

    RépondreSupprimer
  4. Salut à vous trois, je fais une réponse "brève":-) à vos commentaires que je partage, juste pour apporter une précision sur le sens que je donne "à la reconnaissance…du public". Ce serait une reconnaissance utopique et désormais impossible qui consisterait à connaître le rôle exact qu'il a eu dans la réalisation de cases de Tintin, cases certainement exposées au musée Hergé qui défend bec et surtout ongles "le droit d'auteur d'hergé". C'est ce que je veux dire dans "si nous vivions dans un monde juste" C'est comme d'admettre définitivement que c'est Otto Mesmer qui a dessiné les cartoons et les planches de Félix the cat et non Pat Sullivan, Ub Iwerk pour le dessin et l'animation de Mickey et non Disney…
    Attention ! Je ne veux absolument pas laisser entendre que G.Rémy n'a rien fait dans Tintin, ce serait stupide et de surcroît dangereux, car les "tintinophiles" et les gardiens du "temple" auraient tôt fait de défiler armés de fourches et de torches :-)
    Non, juste avouer, au public (qui s'en fout d'ailleurs :-), que les albums de Tintin ne sortent pas du seul crayon de George et reconnaître à juste titre la contribution fourni par les collaborateurs à "l'oeuvre", c'est tout (je sais que c'est plus ou moins survolé dans certains ouvrages spécialisés, qui ne sont lus que par des spécialistes).
    Mais c'est juste une rêverie de ma part et je sais l' impossibilité de la chose, c'est comme de savoir les noms des élèves d'ateliers des grands "Maîtres de la peinture" qui ont jadis aidé à la réalisation de tel ou tel tableaux du "Maître" que l'on admire encore de nos jours dans les musées du monde entier (sans compter les faux qui sont passés à travers les mailles des "experts")…

    Tout ça ne doit pas nous éloigner et nous faire oublier, le sujet initial de mon post : Balthazar avec son trait éloigné de la "sacro-sainte ligne claire" comme tu dis justement Treblig, car à mon avis, le seul vrai représentant de la "ligne claire" c'est l'inventeur du terme et du "style" : Joost Swarte ! ;-)

    Et voilà, encore une une réponse "brève" de 392 mots, c'est pourquoi à partir d'aujourd'hui je répondrai de moins en moins aux commentaires, car il y en a autant que dans le message.

    RépondreSupprimer
  5. Excellent BALTHAZAR...Bob de Moor était si bon dans ce genre;sa folie douce était évidente mais rentrée,frustrée..?C'est une autre génération,plus apte à rentrer dans le rang d'une bande dessinée sage et bon enfant de haute tenue.Manque d'audace?Frilosité?Le m^me de Moor avait tenté une expérience graphique nerveuse de grande qualité pour un,un seul,BARELLI;dans ces années là,d'ailleurs...Puis est revenu à la sage mais savante ligne claire,qui lui était plus naturelle.Attachant Bob de Moor;et diable de PAT RIK qui n'a pas loupé son sujet!Bravo!
    Une supplique,sans rapport,parleras-tu du regretté Michel Motti dans ton-rare,trop rare-BLOG..?Amitiés.
    Julien

    RépondreSupprimer
  6. Julien, d'abord merci pour ton commentaire et pardon d'y répondre 22 jours après, je viens de le voir à l'instant, mais comme tu l'as constaté je voyage de moins en moins dans la "blogo-dimension" :-)
    Pour en revenir à Bob de Moor, ton commentaire m'a fait retrouver cette aventure de BARELLI (et les agents secrets) dans laquelle on voit effectivement l'abandon du trait "hergéen" en faveur d'un graphisme moderne (1964), dessinée avec une plume cassant la "ligne claire". Dommage qu'il n'ait pas continué, mais il semble que son fils (Johan) a adopté cette "ligne".
    Pour finir il est amusant de constater qu' Hergé dessina Les Picaros dans le style des BARELLI, à moins que… ce soit BARELLI qui ait dessiné Les Picaros ?
    ;-)
    Amitiés,
    PR

    RépondreSupprimer
  7. Une petite question : d'où proviennent les planches scannées ci-dessus ? Peut-on en touver d'autres sur le net ? (je n'ai pas trouvé)

    RépondreSupprimer
  8. @tellioub:
    Les planches de Balthazar visibles sur ce blog sont entièrement scannées et surtout, nettoyées par mes soins, (comme tout le matériel graphique que se trouve sur ce blog d'ailleurs) dans divers numéros du journal tintin (1966/67). Comme c'est indiqué dans l'intro de ce billet sur Bob de Moor. Quand a savoir s'il y en a d'autre sur le web ? Je ne sais pas, je n'ai jamais cherché.
    Cela prouverait que l'on ne trouve du Balthazar qu'ici :-)
    Mais le blog n'est pas à l'abri des" voleurs de scans", on peut facilement trouver sur la toile, des blogs (de renoms) qui illustrent les leurs avec des images, scannées et nettoyées, empruntées ici :-).

    RépondreSupprimer

Vous allez écrire un commentaire ? C'est gentil, mais ne vous sentez pas obligé, et surtout ne vous vexez pas si je ne réponds pas.