17 mars 2011

Les dessins d' Eddy Ryssack

Il y a un an pile (déjà ?!), j'avais placé, un peu à l'arrache, un court billet sur Patrick Lourpidon simplement pour marquer le 17 mars, jour de la Saint-Patrick.
Billet laconique qui avait d'ailleurs intrigué un des quatre commentateurs de ce blog, pour ne pas dire le principal (L-A que je salue au passage).
Poussé par le remord d'avoir survolé d'une manière aussi éhontée le travail du Dessinateur de la série, c'est confus que je répare aujourd'hui.
Eddy Ryssack (1928 / 2004), est un dessinateur belge qui a tout à fait sa place dans ce blog. En effet ce Dessinateur prolifique, est quasi inconnu dans l'hexagone, pour exemple; sa série Colin-Colas, pour laquelle il a dessiné 43 albums de 44 planches en dix ans et comme il dit* : "ça fait quatre fois 44 planches… par an".
Il a dirigé le studio d'animation TVA Dupuis (nom qu'ils ont dû changer suite à l'apparition de l'impôt) qui devait concurrencer Belvision de Tintin. C'est dans ce studio qu'il réalisa le premier dessin animé des Schtroumpfs en 1959. 

Il fut aussi cofondateur et le président du Centre Belge de la Bande Dessinée, (côté Flamand). On lui doit le Chevalier de la Bulle, le personnage mascotte en armure (que l'on voit sur les pages du site web).
En ajoutant la dizaine de séries supplémentaires (certes pour la bd néerlandophone) qu'il compte à son actif, il mériterait un petit peu plus de reconnaissance chez nous. Que faire pour cela ? Dire qu'il a lui aussi dessiné pour une bd, un chanteur : Jacques Brel. Bon d'accord ils étaient plusieurs (et non des moindres) et ce n'était pas un français comme Serge Gainsbourg ou Georges Brassens… Ok, cet exercice n'était pas aussi "médiatique" qu'aujourd'hui, mais bon, ça ne peut pas aider à sa reconnaissance ? Non ?!  Tant pis ! ;-)

Allez, comme d'habitude pas de biographie exhaustive ici, vous trouverez tout ce qu'il faut en bas.
Regardons juste quelques illustrations et deux bd réalisées pour le Journal Spirou.


- Tout d'abord, deux planches, "bidouillées" par votre serviteur, regroupant quelques illustrations tirées de la rubrique Le Fureteur vous répond, le courrier des lecteurs curieux du Journal Spirou, que Ryssack a illustré pendant un an:





- Pour devenir un vrai "cow-boy":






- Une série sur deux puces Arthur et Léopold (Spirou 1967) avec Cauvin:




Une planche originale de Patrick Lourpidon :
Planche originale de Patrick Lourpidon empruntée dans la galerie  comicartfans


- Et pour finir, 6 planches de la série Colin-Colas (43 histoires de 44 pages et seulement 7 albums en France, dommage !) tirées de l'hebdo Super As.

(Ce qui suit est une petite mise à jour du 13 juin 2011)
N° 57, semaine du 11 au 17 mars 1980

"Pour une soupe à l'oignon" Super AS n° 57 - mars 1980





(Les scans de la couv et de cette histoire de Colin, sont une mise à jour du 13/06/11) 





Allez, merci d'être passé et à la prochaine…
Bonne Saint-Patrick quand même ;-)


9 commentaires:

  1. Ah ah, c'est encore moi qui fait mon commentaire. En effet, je connaissais Colin Colas mais j'ignorais la cadence infernale (quand je pense que je souffre atrocement en ce moment).

    RépondreSupprimer
  2. Heureusement que tu es là, sinon je serais obligé de fermer les commentaires :-)
    Je ne connaissais pas Colin-Colas, je vais essayer de fouiner ça, au moins en lire un, manière de voir à quoi ça ressemble. Le Style graphique, me fait un peu penser à Berck (Berckmans, pour ceux qui croirait que c'est l'interjection du dégoût).
    Tu souffres de quoi, ce n'est pas clair, de subir : une cadence infernale ou tu rames un peu au niveau de ta production de planches ? Si c'est la deuxième, je ne t'apprendrais pas que l'abus de "blogging-surfing" (je viens de l'inventer) est dangereux pour la production personnelle ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Ah, ça y est ?
    Les Hollandais ont annexé Anvers ? C'est curieux : dans le BD Guide Omnibus, Ryssack et Berck sont également Néerlandais !

    RépondreSupprimer
  4. Tiens salut Totoche,
    et oui tu ne le savais pas ? Exactement ce sont les Pay-Bas Caribéens, qui à bord d'une petite flotille ont, depuis la mer du nord, remonté l'Escaut et annexé Anvers (Antwerpen en néerlandais).
    C'est une information qui a été occulté par les derniers évènements (contestations dans le monde arabe, catastrophes au Japon…) si au lieu de courir les expos parisiennes tu lisais la "presse", tu ne tomberais pas des nues.
    Bon :-) … c'est vrai que j'ai employé à la va vite l'adjectif néerlandais à la place de néerlandophone. Tu as raison il vaut mieux écrire Belge tout simplement, C'est dailleurs ce que je vais faire illico.
    Maintenant que je sais que ce blog est surveillé ;-), je vais faire plus attention. Au moins jusqu'en avril, après Le Dessin ! va s'endormir pour une durée indéterminée…

    RépondreSupprimer
  5. Tout comme Li-An (salut Li-An), je connaissais Colin Colas mais j'ignorais que la série s'étalait sur une quarantaine d'albums!!! Bien qu'étant fan de son dessin, ses histoires ne m'ont jamais laissé de souvenirs impérissables. Il aurait mérité de bosser avec de meilleurs scénaristes.

    J'avais découvert Ryssack à travers les pages de mon Manuel Géant des Castors Juniors, fin des 70's.

    RépondreSupprimer
  6. @ Denis Goulet,
    Pourtant d'après la bio de BD Gest, il y a eu pas moins de huit scénaristes sur Colin-Colas. Sans doute qu'il y a un problème avec les histoires de galions en bd, à part Pépito :-)

    RépondreSupprimer
  7. Quand-même !:-)
    Il est présent sur 3 albums Colin-Colas des 6 parus dans l'hexagone( je ne compte pas les récits courts parus dans Super AS.
    (me reste plus qu'a en lire un…)

    RépondreSupprimer
  8. Un commentaire, pour informer ceux que ça intéresse. Dernièrement j'ai trouvé 3 numéros de Super As, l'hebdo dans lequel Colin Colas était publié en 1980. Je viens donc de rajouter une histoire de 6 pages, ce lundi 13 juin 2011, soit 3 mois après le billet sur Ryssack.
    Comme quoi et malgré les apparences, "Le Dessin !" ne dort que d'un œil…
    ;-)

    RépondreSupprimer

Vous allez écrire un commentaire ? C'est gentil, mais ne vous sentez pas obligé, et surtout ne vous vexez pas si je ne réponds pas.