03 décembre 2012

Des Billets Parallèles (d'une autre dimension qui n'existe pas)


Sur ce billet, on trouvera des humeurs (bonne ou mauvaises) qui ne sont pas censées exister, puisque le blog "Le Dessin!" est "officiellement hors service" depuis le 31 décembre 2017… 
Mais c'est le mystère énigmatique de l'internet (sourire entendu).


 ♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

 

Mai 2018

SUBMERMAN de Lob et Pichard (ou comment un éditeur (Glénat pour ne pas le citer) se laisse aller au péché de paresse, associé à un léger foutage de gueule, en recyclant ses éditions N&B de 40 ans) :


Dans les années 70, Glénat (jacques glénat / éditeur) publiait des albums de bande dessinée, brochés et en noir et blanc (c'est moins cher). 
On y retrouvait les "classiques", en format broché, tels que : Futuropolis et la Guerre du feu de Pellos,  Modeste et Pompon de Franquin, Bébé Cyanure de Forest, Les Naufragés et Les gnan gnan de Bretécher, Constant Souci de Greg… et celui qui nous intéresse Submerman de Lob et Pichard.

En 1976, parait un premier album (noir et blanc) regroupant les deux premières histoires de Submerman, suivi d'un second en 1978 (toujours noir et blanc).
Quarante ans plus tard, donc cette année, sort un album de la collection 1000 feuilles, regroupant les quatre histoires parues dans les deux albums cités ci-avant. 


Et alors que l'on pourrait attendre que cette "intégrale" (comme la nomme à tort certains chroniqueurs), nous présente les planches en couleurs et bichromie telles quelles parurent à l'époque dans Pilote, on se retrouve avec le copié-collé des deux albums des "seventies".
Même pas la plus petite ligne d'un dossier sur Lob et Pichard et leur création. On est loin, très très loin, des intégrales de Dupuis ou Le Lombard. Il s'était un peu plus appliqué avec l'intégrale Zig et Puce, mais c'étaient les années 90, avant l'€uro.
Pourtant il y aurait de quoi faire une intégrale digne de ce nom, avec les 142 pages parues dans Pilote, plus les 136 parues dans Super Pilote Pocket. 278 pages de Submerman dont 90% en couleurs.

Planches 3 et 4 de la cinquième histoire Le Péril Vert , non reprise par Glénat, 
Pilote n° 521, 30 octobre 1969


Petite suggestion, pour les neuf histoires parues dans Super Pilote Pocket au format 13x19, un format broché, mais en couleur, de la taille de la collection 16/22 de Dargaud, serait de bon aloi pour ne pas trop agrandir les 136 planches (8 n&b, 128 couleurs). On peut rêver.

Les mémoires de Submerman, collection 16/22 Dargaud, 1979

Mais bon, ne rêvons pas trop, car juste avant, Glénat a ressorti Constant Souci, le mystère de l'homme aux trèfles de Greg avec la même intention de mal faire; copié-collé de l'édition de 1974, même texte de présentation d'une page et toujours en noir et blanc. 
En plus dans une collection nommée : "Patrimoine BD"… Pff !.  


Les deux premières pages (en couleur) parue dans Tintin n° 952, 19 janvier 1967



Des Liens :

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

 

Décembre 2020

 Cet espace "parallèle d'une autre dimension qui n'existe pas", n'a pas pour mission d'uniquement publier des humeurs. On y trouve aussi des z-articles sur des "bd oubliées", non publiées sur ce blog.
En voici un qui était initialement prévu pour le mois de juillet 2016, et qui pour une raison "oubliée" est resté dans le tiroir du Dessin !

Pip, le petit lapin atomique, de Al FAgo :

Voici une bd que j'ai toujours trouvé très étrange, depuis le jour où je suis tombé dessus en l'an de grâce 1967 (j'avais sept ans ;-) dans le mensuel Roico (le numéro 157). Même aujourd'hui en la relisant, subsiste cet étrange impression de "bizarrerie".

En fait , pour faire court, ce qui n'est pas mon fort (smiley approuvant), j'ai réalisé que ce malaise que je ressentais à la lecture de cette bd, vient de la traduction du texte qui semble avoir été faite par un "non-traducteur". Les bulles,totalement dépourvues de logique narrative, semblent improvisées en fonction de la situation de la case. Et ce jusqu'à la fin, où Pip dit avoir emmené le savant fou dans un asile, en dépit du fait que le pauvre bougre "a récouvré la raison", à deux cases avant la fin de l'histoire. Alors que tout le long de l'histoire on a l'impression que c'est le "héros" qui n'a pas un comportement cohérent, ce qui pourrait couler de source, car Pip serait devenu un super lapin après avoir consommé une carotte radio active. Aah! l'influence de l'énergie atomique sur les scénaristes des années cinquante.

Il faudrait comparer avec la bd originale, qui semble provenir d'outre-Atlantique, car le dessinateur-sénariste de "Atomic Rabbit" était américain. Voir les liens sur Al Fago (en bas comme d'habitude).
Mais bon, avec ces "petis formats" on n'est jamais sûr de rien, car cette histoire peut tout aussi bien être de la main d'un "dessinateur-repreneur"  transalpin, avis aux spécialistes des petits formats…

 

Pip, le petit lapin atomique, "Bulles de Savon", Roico N° 157, mai 1967.


 
La couverture du mensuel Roico (dans lequel figure cette édifiante aventure), couv qui peut intéresser les "webmasters" de sites de références petits formats (smiley partageur):

 

Sans oublier les liens:

  • Al Fago sur: BD Gest
  • Al Fago et Pip le lapin atomique sur: Comicbd
  • Pip le lapin atomique, ou Magico, ou Clap… sur : Pimpf_Wiki
 
Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, à la prochaine…
 

 ♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣


----

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous allez écrire un commentaire ? C'est gentil.
Mais ne vous formalisez pas si je ne réponds pas de suite.