04 novembre 2008

Les Minuscules de Kalkus


Dans la pléthore de séries publiées dans Pif, il y a cette série atypique, autant qu' inconnue et qui mériterait une réédition : Les Minuscules, dessinée par Kalkus plus connu sous le nom de Mandryka, je ne vous ferai pas l'affront d' expliquer qui est Nikita Mandryka, surtout que ça serait trop long et qu'il le fait mieux lui-même.
Vous trouverez, sous les quatre pages Des Minuscules, quelques liens pour ça.

Les Minuscules (Vaillant le journal de Pif, n° 1114, avril 1967)


Les Minuscules (Vaillant le journal de Pif, n° 1115, avril 1967)


Les Minuscules (Vaillant le journal de Pif, n° 1116, avril 1967)


Les Minuscules (Vaillant le journal de Pif, n° 1117 mai 1967)


Un album aux Éditions du fromage en 1979 (que je vais encore être obligé de rechercher, un bouquin de plus à la maison :-(




Des liens sur Mandryka :

Tout d'abord son "curriculum" sur la Bédéthèque.

Extraits d'un entretien réalisé par André Chourave, de l'Institut de Communication Agronomique de Jouy en Josas.

Un autre entretien sur : Mandryka, sous le masque du Concombre.

Et enfin son site.

5 commentaires:

  1. Plus facile à lire que du Concombre. On sent l'influence de Herriman je trouve...

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que au sujet de Mandryka et du Concombre en général, on fait souvent référence au « Krazy Kat » d’Herriman et au « Copyright » de Forest comme influences. Même Mandryka a dit qu'il adore KRAZY KAT, qu' il considère comme la "plus belle BD du Monde". et qu'il "n'arrive pas à en lire plus d'une page à la fois."
    Un peu comme nous avec le Concombre, une ou deux page à la fois ! ;-)
    Sinon perso, ça me fait penser à Snoopy de Schultz (pour l'idée des enfants et des animaux qui parlent)
    pour le dessin , une impression rapide d' Harvey Kurtzman et pas mal de …Mandryka :-)

    RépondreSupprimer
  3. Je préfère tout de même l'univers étrange du Concombre.
    Quand j'étais petiot, je crois que je n'y étais pas trop sensible, mais parfois certains de ses personnages marquaient ma rétine.
    Ici c'est plus conventionnel et pas très différent (si ce n'est le trait) de bien des bd de l'époque (dans lesquelles on fumait à volonté !) comme Pim Pam Poum, ou même les Pif des débuts.
    En fait j'ai aimé Mandryka beaucoup plus tard quand j'ai compris un peu mieux ses histoires alambiquées et bigrement intello finalement.

    vasco

    RépondreSupprimer
  4. c'est amusant parce que je me faisais aussi la réflexion que, gamin, j'étais peu sensible à Mandryka. C'est plus tard que son univers loufoque et son dessin m'ont plu.
    J'aime d'ailleurs beaucoup les dessins des premiers concombres masqués.
    Mandryka me donne l'impression d'être un type vraiment à part dans la bande dessinée, tant par son oeuvre que par sa personnalité et même par la notoriété de son héros vert (une sorte de célèbre inconnu)

    RépondreSupprimer
  5. A l'époque, on pouvait encore fumer dans les bandes dessinées pour enfants !

    RépondreSupprimer

Vous allez écrire un commentaire ? C'est gentil, mais ne vous sentez pas obligé, et surtout ne vous vexez pas si je ne réponds pas.